En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

 

La Dépêche | 21/08/2013 

La famille est installée sur les bancs à la sortie du métro La Vache./ Photo DDM Raphaël Cier

La famille est installée sur les bancs à la sortie du métro La Vache./ Photo DDM Raphaël Cier  

Treize réfugiés tchétchènes, quatre adultes et neuf enfants, se sont établis à la sortie du métro La Vache à Toulouse. Pour seul logement, ils disposent de deux tentes une place. Ne parlant ni français ni anglais, la communication peine à s’établir. Des lettres officielles de la préfecture de la Haute-Garonne, qu’ils détiennent, renseignent néanmoins sur leur situation : ils ont effectué une demande d’asile, afin d’obtenir le statut de réfugiés conventionnels. Cette protection est reconnue à toute personne qui répond à la définition de l’article 1.A.2 de la Convention de Genève du 28 juillet 1951, «toute personne qui, craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut, ou du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays…». On ne connaît pas les raisons précises de leur venue en France et les conditions dans lesquelles ils ont quitté la Tchétchénie. Le document en question, acté du 24 juillet, nous permet uniquement d’affirmer qu’ils vivent à Toulouse au moins depuis cette date. Difficile de déterminer quand a commencé ce campement devant le métro. Alain, jardinier pour la mairie de Toulouse, les a découverts ici hier matin, «vers 8 heures», précise-t-il. Son collègue affirme les avoir vus mercredi dernier devant l’OFII (Office Français de l’immigration et de l’intégration), situé à une centaine de mètres de la station. Ce même office n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Au 20 août de cette année, on recense 364 demandes d’asile pour la Haute-Garonne (32 concernant des ressortissants russes). La procédure d’examen d’asile dure en moyenne 18 mois.

David Gauthier


Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

affichea3 acte4 03Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !

Le pouvoir fait partie du problème des crises de ce pays et les amplifie, semant la misère, le désespoir, le racisme et la haine là où il faut plus de solidarité, de liberté et d’égalité. Lors de la Marche nationale des Sans-Papiers nous avons montré que nous étions la solution.

Appel à l'Acte 4 et à des manifestations sur tout le territoire le 18 décembre

Régularisation des Sans-Papiers, Fermeture des CRA, Logement pour touTE

Archive

Powered by mod LCA