En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Fermez les Centres de Rétention !

Face à la crise sanitaire, l’enfermement administratif des personnes étrangères doit immédiatement cesser

Les Cercle des Voisins du Centre de Rétention de Cornebarrieu a lancé cette pétition adressée à Emmanuel Macron (Président de la République française.)

 

Lire la lettre au Président      Signer la pétition

 

La Dépêche | 15/01/2012

 

Il était retenu au centre de Cornebarrieu./ Photo DDM. archives Thierry Bordas.
Il était retenu au centre de Cornebarrieu./ Photo DDM. archives Thierry Bordas.
Il était retenu au centre de Cornebarrieu./ Photo DDM. archives Thierry Bordas.

Jean-Claude Bissa-Ekoman est d'origine camerounaise. Il est entré sur le territoire français en novembre 2005 avec un passeport français valable un an qu'il avait obtenu après avoir été adopté par son beau-père français. Mais, Jean-Claude n'a pu renouveler ce passeport par la suite. Arrêté, il était au centre de rétention de Cornebarrieu depuis plus de quarante jours. Après un premier refus d'embarquement, il a été placé dans un avion vendredi matin. Retenu dans une cellule de transit à Paris, après un premier vol depuis Toulouse, il raconte son expulsion par téléphone. Dans l'après-midi, Jean-Claude Bissa-Ekoman a finalement embarqué pour le Cameroun.

Comment cela s'est passé ?

À 4 h 30, les policiers de la police aux frontières sont venus me chercher et m'ont dit : « Le courrier vient d'arriver maintenant, vous partez ». C'était le même policier que lors de mon premier embarquement. Il m'a dit : « Je sais que vous voulez refuser l'embarquement mais je vous ferai monter de gré ou de force ». La première fois, j'ai pu refuser l'embarquement car j'ai parlé avec le pilote qui avait demandé aux policiers de me faire descendre de son appareil. Cette fois, ils m'ont fait passer par un sas à l'arrière... J'ai mal au visage, au cou et à l'épaule surtout, les policiers m'ont empêché de crier dans l'avion entre Toulouse et Paris. J'ai des ecchymoses à la lèvre.

Vous parlez de coups reçus ?

J'ai tout essayé pour éviter l'embarquement, ma famille est ici en France. J'ai essayé de crier et d'expliquer ma situation aux autres passagers, mais dès que je voulais m'exprimer, ils m'appuyaient sur le larynx. Un des policiers me mettait le genou sur la figure, j'ai reçu plusieurs coups au visage.

Comment le vivez-vous ?

Je ne comprends pas. J'ai été reconnu comme français, j'ai été adopté par mon beau-père, je suis rentré sur le territoire avec un passeport délivré par l'état français. J'ai étudié et travaillé ici. Ma famille est ici, mon frère et ma mère ont des papiers français en règle.

Jointes par téléphone, la préfecture de la Haute-Garonne et la direction zonale de la police aux frontières n'ont pas souhaité s'exprimer sur ce dossier.

 

 

Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

Collectif 20 juin

Journée mondiale des réfugiés 20 juin 2020 " contre les murs "

Journée mondiale des réfugiés 20 juin 2020 " la traversée du désert "

Depuis 4 ans, chaque année à Toulouse le "collectif 20 juin Toulouse" organise la Journée Mondiale des Réfugié·e·s.
Du fait de l’épidémie de COVID-19 et des restrictions sanitaires, le collectif a dû annuler, à contre cœur, les deux belles journées événements qu'il avait préparées pour cette édition 2020...
Il était malgré tout important pour nous de faire quelque chose. C'est pourquoi nous avons décidé de vous faire vivre ce temps dédié aux réfugié·e·s de façon virtuelle !

Archive

Powered by mod LCA