En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

cdv logo  

Le Cercle des Voisins

Informe de l'atteinte à la dignité et aux droits humains que représente l’existence et le fonctionnement du «Centre de Rétention Administrative de Cornebarrieu», défend la libre circulation des personnes et dénonce le système mis en place pour l’expulsion des personnes privées de papiers.

logo EGM Toulouse

Fermez les Centres de Rétention !

La secrétaire générale de La Cimade dénonce : les enfermements arbitraires, les violences et les mises à l’isolement répétées, un climat de stigmatisation grandissante, les expulsions illégales

Solidarite avec Mimmo Lucano

Source : Michel DAGRAS - 4/6/2018

Cher Monsieur,

J’ai découvert avec émotion la séquence filmée de votre escalade de la façade où, au quatrième étage, un bambin agrippé à la rambarde d’un balcon, risquait une chute mortelle. Votre courage physique joint à l’appréciation lucide de la situation et votre rapidité d'exécution permirent un sauvetage in extremis du petit. Sur le trottoir, les témoins devenus supporters, ne manquaient pas de vous encourager et de vous applaudir, grimpeur efficace sans expérience de varappeur. L’héroïsme d’avoir risqué votre vie pour sauver celle de l’enfant suscite admiration et reconnaissance. Bravoure récompensée par l'octroi de la nationalité française, une embauche et un diplôme de sauveteur.

Mais il y a beaucoup plus. Vous avez dû surmonter l'angoisse de vous faire repérer comme sans papiers et de courir alors le risque de voir s'évanouir d'un seul coup le rêve de vous installer en France. Un rêve résistant aux épreuves et aux souffrances de votre si longue migration. Un rêve présent au départ d’un pays aux prises avec la misère économique et confronté aux pressions islamistes ; un rêve persistant au cours de la traversée du désert, dans des conditions extrêmes et soumis au racket de passeurs véreux, puis au cours du passage en Lybie dont on sait les conditions de villégiature offertes aux migrants subsahariens ; un rêve insubmersible, au cours de la traversée de la mer sur un rafiot de fortune ; un rêve en passe d’aboutir quand la longue marche en Italie et en France vous à conduit, les traits creusés au burin d’épreuves et de souffrances, chez un frère installé de longue date dans notre pays. Vous auriez pu sur l'heure adopter profil bas pour éviter qu’un contrôle inopiné ne ruine vos espoirs et vous renvoie au Mali. J'imagine votre dilemme au spectacle de ce petit européen en si mauvaise posture. Poursuivre incognito, même devant l'urgence, votre chemin de rase muraille pour conserver votre fragile chance de vivre en France, estimer que le problème relevait de la responsabilité des parents, des voisins, des secours … ou bien grimper jusqu’à l'enfant au risque évident d'être identifié et renvoyé sans tarder à la case départ de votre long périple. Votre sang n’a fait qu’un tour. Vous avez choisi dans l'instant la vie d'un petit Français contre votre propre salut d'Africain. Permettez-moi d’inscrire là votre véritable héroïsme. Il dépasse l’exploit de votre spectaculaire prouesse d'agilité et de force physiques. Même si votre engagement a été dans l'urgence quasi-réflexe, vous avez consenti à suivre un appel intérieur capable de vous faire dépasser des différences culturelles, des préjugés sociaux et des aspirations personnelles des plus légitimes.

Vous n'avez certes pas l'apanage d’actes d’héroïsme, posés au nom d'un sens de l'homme, capables d’ouvrir les verrous de solides carcans culturels et sociaux. Dans un tout autre contexte, mais pour les mêmes raisons de fond, j'ai souvenir d'une femme soumise en Amérique du Sud à un interrogatoire policier des plus musclés. Elle résistait. Sur le soir, son tortionnaire dut la quitter au prétexte d'aller soigner sa mère tout en assurant qu'il reprendrait le lendemain matin son infâme besogne. Mais au moment de recommencer son travail de séide, la torturée lui demanda : Comment va ta maman ? Le bourreau fut incapable de reprendre le supplice. Un sursaut d’humanité avait eu raison de sa violence. Et derrière l'exceptionnel de ce comportement comme du vôtre, une cohorte d’obscurs et de sans-grade, motivés par de mêmes valeurs sans frontière, dépensent leurs énergies souvent à corps perdu pour les autres, si différents voire ennemis soient-ils. Car ils les considèrent comme des personnes humaines à part entière, parfois même comme des frères.

La fin de votre histoire, cher Monsieur, désormais cher compatriote, prend les airs d'un conte de fée. Elle est pourtant des plus réelles. Elle mettra à mal l'image par trop répandue de l’immigré parasite profiteur, voire délinquant. Merci de nous avoir montré de façon spectaculaire que les écrans de généralisations, de préjugés et même des procès d'intention, sont à briser. Merci pour votre encouragement à poursuivre cet effort.

Fraternellement
Michel

Vite dit

06/06/2022 - Archarnement administratif, ca suffit !

« Comment peut-on croire qu'on sera plus heureux en faisant du mal à d'autres ? » (Hervé le Tellier – L'anomalie)

Ce mardi 7 juin 2022, Gideon est convoqué au tribunal judiciaire de Toulouse. Combien de juges a-t-il vu depuis le jour où il a été interpellé au commissariat de Pamiers ?

Au moins 7.

Le 3 mai, ce jeune gabonais de 18 ans, a été placé au centre de rétention de Cornebarrieu pour un vol prévu le 4 mai vers Libreville. Ce placement rendu possible par la loi (Article L 740-1 CESEDA) a été concrétisé par la préfecture de l'Ariège.

Il a refusé d'embarquer car toute sa famille vit en France de manière régulière. Il est scolarisé au lycée de Lavelanet et n'a plus du tout d'attache au Gabon.

Le 5 mai, le juge de la liberté et de la détention (JLD) décide de la prolongation de sa rétention (Article L742-3 CESEDA) permettant ainsi à l'administration d'organiser un nouvel 'éloignement'.

C'est le 27 mai qu'aura lieu cet 'éloignement' mais cette fois avec des techniques coercitives musclées (GTPI). Monté de force dans l'avion, Gidéon sera ligoté et molesté jusqu'au moment où le commandant de bord exigera son débarquement.

Mais s'opposer à son expulsion est un délit. Gidéon passera le soir même devant le procureur en CRPC (Comparution sur Reconnaissance Préalable de Culpabilité) et sera puni d'une peine de prison de 3 mois avec sursis et 5 ans de mise à l'épreuve.

A 100 km de Toulouse, la préfète de l'Ariège reste inflexible : Gidéon doit rester enfermé pour être expulsé.

Le 2 juin, la juge JLD rendra un avis légèrement plus conciliant en lui permettant de rejoindre famille mais en l'obligeant à signer tous les jours au commissariat.

La préfecture de l'Ariège n'a pas apprécié cette décision. Elle a fait appel et l'audience aura lieu ce mardi 7 juin à 9h45 au palais de justice de Toulouse.

Si vous venez à cette audience, vous ne verrez pas le ou la signataire de cet appel. Il ou elle se fera représenter par un ou une porte-parole bien obéissant.e.

On sait qu'un nouveau vol a été demandé par la préfecture et si Gidéon le refuse, il risque cette fois 3 ans d’emprisonnement et une interdiction du territoire de 10 ans.

Depuis ses 18 ans, Gidéon vit sous la menace d'une arrestation, d'une expulsion !

Ce 6 juin, c'est son anniversaire. Il a 19 ans.

 

Visites au CRA

Archive

Powered by mod LCA